Wikio - Top des blogs - Environnement

Cogito

 "L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir."
- Bernard Werber

"Il ne s'agit pas de convaincre (dès que l'on veut con-vaincre on est dans un conflit) mais de motiver" (suite ici)
 

- Bertrand Piccard

"L'homme est trop bon et pas assez intelligent"
- Karl Popper (suite ici)

"Il faut se garder de succomber au catastrophisme, aux discours qui déforment les constats de la science et risquent au final d'engendrer la résignation "
- Hervé Le Treut, climatologue français


"Je veux construire une écologie sociale. Car écologie et social sont étroitement liés "
- Ségolène Royal

LIVRES



null 

 

  • Flux RSS des articles
Mardi 13 octobre 2009 2 13 /10 /2009 16:15

Billet publié initialement le 6 août 2009

EDF, après avoir estimé à 4,6 eurocents le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires, estime aujourd'hui qu'il coûte 5,5 eurocents.

Mais quel est l'avis des experts de la question ?

Pour le Keystone Center, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est compris entre 8,3 et 11,1 cents, soit entre 5,7 et 7,65 eurocents :

" Estimations des coûts de l’électricité nucléaire pour de nouvelles centrales aux États-Unis" :
Type de coûts Hypothèse basse Hypothèse haute
Coûts du capital 4.6 6.2
Combustibles 1.3 1.7
Frais fixes d’exploitation et de maintenance 1.9 2.7
Frais variables d’exploitation et de maintenance 0.5 0.5
Total (en cents/kWh actualisés) 8.3 11.1

Source : Keystone Center


" (...) En réalité, les choses s’avèrent même plus problématiques. La seule centrale nucléaire actuellement en cours de construction dans un pays occidental et dont les travaux sont bien avancés est un réacteur européen à eau pressurisée (EPR). Il s’agit de l’EPR finlandais construit par AREVA, la société française de fabrication de réacteurs et de retraitement. Au départ, le coût du réacteur, dont la puissance nominale est de 1 600 mégawatts, était estimé à 3 milliards d’euros. Aujourd’hui il atteint 4,5 milliards d’euros. Au taux de change actuel, cette somme correspond à environ 4 000 $ par kW, c’est-à-dire dans le haut de la fourchette des estimations de coûts d’investissements du rapport du Keystone Center. En outre, le réacteur n’est pas encore terminé. Jusqu’ici, il affiche un retard de deux ans (...)" - Source : Institute for Energy and Environmental Research

Pour le MIT, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est de 8,4 cents soit 5,8 eurocents - http://web.mit.edu/nuclearpower/

Pour la banque d'affaire Lazard, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est compris entre 10,7 et 13,8 US cents, soit entre 7,3 et 9,5 eurocents (Levelized electricity cost).
L'étude Lazard est disponible ici.

Pour l'Institute for Energy Research (basé à Washington et à Houston), le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est de 11 cents.

Pour Severance (expert dans les coûts des centrales électriques), le coût du kWh nucléaire va atteindre les 25 à 30 cents, soit entre 17,2 et 20,7 eurocents. L'étude Business Risks and Costs of New Nuclear Power, accessible depuis cette page
.

"Lester Brown s'appuie sur une étude d'Amory B. Lovins qui indique que le prix de l'électricité produite à partir d'une centrale nucléaire s'établit autour de 14 ¢US (11 ct€) du kilowattheure alors que l'électricité produite avec une éolienne coute 7 ¢US (5,4 ct€). Cette estimation tient compte du prix de l'uranium, de l'investissement initial, du cout de fonctionnement, de l'entretien, du transport et de la distribution d'électricité. Cette étude n'intègre pas les coûts de l'élimination des déchets radioactifs, des assurances qui devraient couvrir les risques d'accident nucléaire et du démantèlement des centrales nucléaires !! L'analyse de Earth Policy Institute présidé par Lester R. Brown, qui s'intitule The Flawed Economics of Nuclear Power. L'étude de Amory B. Lovins publiée par Rock Mountain Institute." - Source


Il est beaucoup moins risqué d'investir dans les énergies vraiment renouvelables (éolien : 5 à 7 centimes d'euro par kWh; assisté de stations de pompage-turbinage : + 1 à 2 eurocents par kWh). Miser sur le nucléaire pourrait s'avèrer vraiment ruineux. 

D'autres études sont disponibles depuis cette page :

http://www.mng.org.uk/gh/nn.htm

Jusqu'à présent je pensais que le nucléaire était bon marché mais je me suis trompé (je ne m'étais jamais renseigné en profondeur, à vrai dire). Il est d'ailleurs absurde de miser sur une technologie dont le combustible va s'épuiser en même temps que le pétrole. La surgénération (technologie qui n'est d'ailleurs pas parfaitement au point) permet d'envisager 200 ans de production au rythme de production actuel. Mais si la parc nucléaire mondial augmente, s'il est par exemple multiplié par 4, alors on tombe à 50 ans de production...Le nucléaire, filière très polluante (et dont les déchets sont actifs très longtemps) et non durable, constitue clairement une impasse.

- Olivier

Amory Lovins, Rocky Mountain Institute :

 « L’énergie nucléaire s’est révélée beaucoup plus coûteuse que prévue ; bien plus coûteuse en réalité que tous les autres modes de production d’électricité. Les gouvernements feraient mieux de respecter la loi du marché au lieu d’avantager cette technologie aux frais du contribuable. »

Théodore Monod :

« Il est criminel de développer une technologie qu’on ne maîtrise pas, surtout quand elle engage les générations à venir. »

Albert Jacquard :

"Des déchets nucléaires qu'on veut enfouir pour un million d'années comme on glisse la poussière sous le tapis"

 durée de vie des déchets nucléaires

* durée au bout de laquelle les déchets nucléaires perdent la moitié de leur radioactivité

Source du graphique : Réseau Sortir du Nucléaire


Lire aussi :

Réglementer le kWh nucléaire, une monstruosité économique - La seule justification du maintien des tarifs réglementés est celle de la défense d'un dogme : garantir l'acceptabilité sociale de la production d'électricité par le nucléaire par un bénéfice consommateurs. Pourtant, il existe d'autres solutions pour partager la rente nucléaire, estime François Lévêque, professeur d'économie à Mines ParisTech -
" La commission présidée par Paul Champsaur se prononce en faveur du maintien des tarifs réglementés de l'électricité pour les ménages et propose, afin de développer la concurrence, que l'Etat fixe également le prix du kWh à la sortie des réacteurs d'EDF. Or, les tarifs réglementés de l'électricité pour les ménages ou les entreprises font obstacle au développement de la concurrence en France. Leur niveau, inférieur au prix du marché libre, freine l'arrivée de nouveaux entrants et entrave leur montée en puissance. 
De plus, les tarifs réglementés, étant bas et constants, n'incitent pas les consommateurs à réduire leur consommation. Des prix plus élevés, et reflétant mieux les fluctuations journalières ou saisonnières de l'offre et de la demande, encourageraient des comportements plus favorables à l'environnement. Par ailleurs, les tarifs réglementés découragent les investissements au détriment des générations futures. Enfin, les tarifs de l'électricité, d'une complexité de mise en œuvre toute française, sont dans le collimateur de la Commission européenne. Pourquoi alors ne pas les supprimer ? A cause d'un dogme. Pour garantir en effet l'acceptabilité sociale de la production d'électricité d'origine nucléaire, il serait nécessaire d'en faire bénéficier les consommateurs. Cette idée très discutable est reprise par la commission Champsaur sans aucun examen. Admettons que l'acceptabilité sociale puisse se monnayer. Après tout, il est vraisemblable que nos concitoyens seraient moins nombreux à se déclarer en faveur de l'atome civil s'ils n'en percevaient pas un gain financier. Est-il pour autant indispensable que ce gain soit empoché par le consommateur au prorata de sa consommation ?  (...)
http://www.latribune.fr/opinions/20090430trib000372225/reglementer-le-kwh-nucleaire-une-monstruosite-economique.html

Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires - Recommander
Publié dans : ENERGIES NON DURABLES : LE NUCLEAIRE
Retour à l'accueil

 
- C.G.U. - - - Articles les plus commentés