Mardi 13 octobre 2009 2 13 10 2009 16:15
- Ecrire un commentaire

Billet publié initialement le 6 août 2009

EDF, après avoir estimé à 4,6 eurocents le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires, estime aujourd'hui qu'il coûte 5,5 eurocents.

Mais quel est l'avis des experts de la question ?

Pour le Keystone Center, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est compris entre 8,3 et 11,1 cents, soit entre 5,7 et 7,65 eurocents :

" Estimations des coûts de l’électricité nucléaire pour de nouvelles centrales aux États-Unis" :
Type de coûts Hypothèse basse Hypothèse haute
Coûts du capital 4.6 6.2
Combustibles 1.3 1.7
Frais fixes d’exploitation et de maintenance 1.9 2.7
Frais variables d’exploitation et de maintenance 0.5 0.5
Total (en cents/kWh actualisés) 8.3 11.1

Source : Keystone Center


" (...) En réalité, les choses s’avèrent même plus problématiques. La seule centrale nucléaire actuellement en cours de construction dans un pays occidental et dont les travaux sont bien avancés est un réacteur européen à eau pressurisée (EPR). Il s’agit de l’EPR finlandais construit par AREVA, la société française de fabrication de réacteurs et de retraitement. Au départ, le coût du réacteur, dont la puissance nominale est de 1 600 mégawatts, était estimé à 3 milliards d’euros. Aujourd’hui il atteint 4,5 milliards d’euros. Au taux de change actuel, cette somme correspond à environ 4 000 $ par kW, c’est-à-dire dans le haut de la fourchette des estimations de coûts d’investissements du rapport du Keystone Center. En outre, le réacteur n’est pas encore terminé. Jusqu’ici, il affiche un retard de deux ans (...)" - Source : Institute for Energy and Environmental Research

Pour le MIT, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est de 8,4 cents soit 5,8 eurocents - http://web.mit.edu/nuclearpower/

Pour la banque d'affaire Lazard, le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est compris entre 10,7 et 13,8 US cents, soit entre 7,3 et 9,5 eurocents (Levelized electricity cost).
L'étude Lazard est disponible ici.

Pour l'Institute for Energy Research (basé à Washington et à Houston), le coût du kWh des nouvelles centrales nucléaires est de 11 cents.

Pour Severance (expert dans les coûts des centrales électriques), le coût du kWh nucléaire va atteindre les 25 à 30 cents, soit entre 17,2 et 20,7 eurocents. L'étude Business Risks and Costs of New Nuclear Power, accessible depuis cette page
.

"Lester Brown s'appuie sur une étude d'Amory B. Lovins qui indique que le prix de l'électricité produite à partir d'une centrale nucléaire s'établit autour de 14 ¢US (11 ct€) du kilowattheure alors que l'électricité produite avec une éolienne coute 7 ¢US (5,4 ct€). Cette estimation tient compte du prix de l'uranium, de l'investissement initial, du cout de fonctionnement, de l'entretien, du transport et de la distribution d'électricité. Cette étude n'intègre pas les coûts de l'élimination des déchets radioactifs, des assurances qui devraient couvrir les risques d'accident nucléaire et du démantèlement des centrales nucléaires !! L'analyse de Earth Policy Institute présidé par Lester R. Brown, qui s'intitule The Flawed Economics of Nuclear Power. L'étude de Amory B. Lovins publiée par Rock Mountain Institute." - Source


Il est beaucoup moins risqué d'investir dans les énergies vraiment renouvelables (éolien : 5 à 7 centimes d'euro par kWh; assisté de stations de pompage-turbinage : + 1 à 2 eurocents par kWh). Miser sur le nucléaire pourrait s'avèrer vraiment ruineux. 

D'autres études sont disponibles depuis cette page :

http://www.mng.org.uk/gh/nn.htm

Jusqu'à présent je pensais que le nucléaire était bon marché mais je me suis trompé (je ne m'étais jamais renseigné en profondeur, à vrai dire). Il est d'ailleurs absurde de miser sur une technologie dont le combustible va s'épuiser en même temps que le pétrole. La surgénération (technologie qui n'est d'ailleurs pas parfaitement au point) permet d'envisager 200 ans de production au rythme de production actuel. Mais si la parc nucléaire mondial augmente, s'il est par exemple multiplié par 4, alors on tombe à 50 ans de production...Le nucléaire, filière très polluante (et dont les déchets sont actifs très longtemps) et non durable, constitue clairement une impasse.

- Olivier

Amory Lovins, Rocky Mountain Institute :

 « L’énergie nucléaire s’est révélée beaucoup plus coûteuse que prévue ; bien plus coûteuse en réalité que tous les autres modes de production d’électricité. Les gouvernements feraient mieux de respecter la loi du marché au lieu d’avantager cette technologie aux frais du contribuable. »

Théodore Monod :

« Il est criminel de développer une technologie qu’on ne maîtrise pas, surtout quand elle engage les générations à venir. »

Albert Jacquard :

"Des déchets nucléaires qu'on veut enfouir pour un million d'années comme on glisse la poussière sous le tapis"

 durée de vie des déchets nucléaires

* durée au bout de laquelle les déchets nucléaires perdent la moitié de leur radioactivité

Source du graphique : Réseau Sortir du Nucléaire


Lire aussi :

Réglementer le kWh nucléaire, une monstruosité économique - La seule justification du maintien des tarifs réglementés est celle de la défense d'un dogme : garantir l'acceptabilité sociale de la production d'électricité par le nucléaire par un bénéfice consommateurs. Pourtant, il existe d'autres solutions pour partager la rente nucléaire, estime François Lévêque, professeur d'économie à Mines ParisTech -
" La commission présidée par Paul Champsaur se prononce en faveur du maintien des tarifs réglementés de l'électricité pour les ménages et propose, afin de développer la concurrence, que l'Etat fixe également le prix du kWh à la sortie des réacteurs d'EDF. Or, les tarifs réglementés de l'électricité pour les ménages ou les entreprises font obstacle au développement de la concurrence en France. Leur niveau, inférieur au prix du marché libre, freine l'arrivée de nouveaux entrants et entrave leur montée en puissance. 
De plus, les tarifs réglementés, étant bas et constants, n'incitent pas les consommateurs à réduire leur consommation. Des prix plus élevés, et reflétant mieux les fluctuations journalières ou saisonnières de l'offre et de la demande, encourageraient des comportements plus favorables à l'environnement. Par ailleurs, les tarifs réglementés découragent les investissements au détriment des générations futures. Enfin, les tarifs de l'électricité, d'une complexité de mise en œuvre toute française, sont dans le collimateur de la Commission européenne. Pourquoi alors ne pas les supprimer ? A cause d'un dogme. Pour garantir en effet l'acceptabilité sociale de la production d'électricité d'origine nucléaire, il serait nécessaire d'en faire bénéficier les consommateurs. Cette idée très discutable est reprise par la commission Champsaur sans aucun examen. Admettons que l'acceptabilité sociale puisse se monnayer. Après tout, il est vraisemblable que nos concitoyens seraient moins nombreux à se déclarer en faveur de l'atome civil s'ils n'en percevaient pas un gain financier. Est-il pour autant indispensable que ce gain soit empoché par le consommateur au prorata de sa consommation ?  (...)
http://www.latribune.fr/opinions/20090430trib000372225/reglementer-le-kwh-nucleaire-une-monstruosite-economique.html

Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires - Recommander
Par - Publié dans : ENERGIES NON DURABLES : LE NUCLEAIRE - Communauté : ObjectifTerre
Retour à l'accueil

Commentaires

Se reposer ?
Pas tant que de pauvres innocents continueront de propager ce qui leur semble des évidences à partir de rapports truqués et d'infos bidonnées émanant d'interlocuteurs soi-disant institutionnels et crédibles.
C'est avec des évidences qu'on fabrique les pires idéologies : ARGVMENTVM PESSIMI TVRBA EST. Le plus grand nombre est la preuve du pire (Sénèque).
J'invite les esprits soucieux de crédibilité à se renseigner sur la naissance de l'écologie et sur son référentiel philosophique. Sur mon blog, je m'efforcerai d'en parler aussi souvent que possible.
Bonne nuit aux autres.
Commentaire n°1 posté par Erasmus Tharnaby le 18/10/2009 à 23h38
Vous avez écrit : "cela fatigue"

Je vous répond donc : reposez-vous.
Réponse de le 18/10/2009 à 23h51
Quelle fatigue...
La banque Lazard et le MIT sont impliqués dès le départ dans la création, dans les années 60, du golem qu'on appelle aujourd'hui écologie, et qui n'est en fait qu'un recyclage de l'idéologie malthusienne. Pourquoi ce brave Bateson (du MIT) s'est-il mis à parcourir le monde, à l'époque de Silent morning pour militer au sujet de la nouvelle doctrine ? A-t-il vu la lumière ?
Ces rapports ne font absolument pas autorité puisqu'ils proviennent d'observateurs tout aussi partisans que ceux du trop fameux "lobby nucléaire".
On ferraille ici sur le prix du nucléaire mais le coeur de la cible, c'est le développement de l'humanité toute entière, seul susceptible de menacer l'oligarchie à l'origine de ce vaste enfumage.
Commentaire n°2 posté par Erasmus Tharnaby le 17/10/2009 à 23h18
Erasmus a écrit : "Quelle fatigue..."

Reposez-vous Erasmus.
Réponse de le 18/10/2009 à 20h15
Bonjour,

Merci pour ces infos, un argument en plus contre cette source d'énergie aussi illogique que le pétrole. A mon avis, c'est par ce bout là qu'on peut prouver que le nucléaire n'est pas une solution d'avenir pour produire de l'électricité. Car quand on parle d'argent, on est mieux écouté, pourtant il y a de nombreux autres inconvénients.
Commentaire n°3 posté par Arno le 14/10/2009 à 21h18
Bonjour Arno,

Effectivement, une énergie polluante, dangereuse et en plus chère et non durable, c'est pas tellement attractif !

Arno, je vois que vous avez mis un lien vers : http://www.i3er.org/
Faites-vous partie de l'équipe du Master de La Rochelle ?
http://master.i3er.org/ 
(Master GI3ER : Gestion de l'Efficacité Energétique et des Energies Renouvelables)

Olivier
Réponse de le 14/10/2009 à 21h27
Un tarif indexé sur la réalité serait en effet une bonne chose, je suis sur qu'une grande partie des pointes se résorberait.


Est-ce qu'on a une étude du cout globale du triptique éolien/pompage-turbinage dans des bassin artificiels/smart grid ?

Autre chose, seul l'uranium 235 (celui des centrales actuelles, EPR compris) s'épuisera dans les ordres de grandeurs annoncés dans cet article. L'Uranium 238, est lui nettement plus abondant (de l'ordre de 150 fois plus), et les réserve de Thorium sont bien plus abondantes. L'argument de l'épuisement des ressources d'uranium est donc pertinebt pour les centrales actuelle et celles à EPR, mais pas pour la génération suivante de réacteurs.
Commentaire n°4 posté par Joel GREA le 13/10/2009 à 22h39
"Est-ce qu'on a une étude du cout globale du triptique éolien/pompage-turbinage dans des bassin artificiels/smart grid ?"

Oui ici : http://www.hydrocoop.org/publications.htm

"Autre chose, seul l'uranium 235 (celui des centrales actuelles, EPR compris) s'épuisera dans les ordres de grandeurs annoncés dans cet article"

On en a pour 50 ans au rythme de produciton électronucléaire actuelle.

"L'argument de l'épuisement des ressources d'uranium est donc pertinent pour les centrales actuelle et celles à EPR, mais pas pour la génération suivante de réacteurs."

Nous en avons pour 200 ans avec la surgénération au rythme de produciton électronucléaire actuel. Si on multiplie par 5 ce rythme, on passe à 40 ans. Et si on ne le multiplie pas, le nucléaire restera marginal.



Réponse de le 13/10/2009 à 23h42
"Jusqu'à présent je pensais que le nucléaire était bon marché mais je me suis trompé (je ne m'étais jamais renseigné en profondeur, à vrai dire)."
Super!!! Merci Olivier pour ce post et cette sincérité!!
Et je vais ajouter mon point de vue... Le nucléaire est un tabou terrible de la société francaise. La parole des citoyens est confisquée sur ce sujet, même après tchernobyl et malgré le criirad (qui fait un super boulot)... (jusqu'au sujet d'Arte quie semble avoir beaucoup aider). Amicalement,
Commentaire n°5 posté par loran le 13/10/2009 à 18h15

"Super!!! Merci Olivier pour ce post et cette sincérité!!"

Amitiés Loran :)

a+
Olivier

Réponse de le 13/10/2009 à 18h36
Très heureux d'avoir lu ce texte lourd de conséquences.
Malheureusement il y a plus: pour maintenir un tel système il a fallu soviétiser en partie la société française. Il n'est pas correct de le dire mais c'est tristement le cas!
Du coup on lit avec joie le dernier numéro du journal capital qui informe sur les français qui affrontent la crise en entrepreneurs. De lair! enfin!
Commentaire n°6 posté par irisyak le 06/08/2009 à 09h18
Bonjour Irisyak,
Oui, cela fait effectivement penser à un système à la soviétique...
Olivier
Réponse de le 06/08/2009 à 17h22

co2-monde.jpg
Le sommet de Copenhague va-t-il"sauver la planète" ?
-
Lire


125328750_ff77d39196_o.jpg null"Le texte danois révèle l'impérialisme occidental (...) Il s'agit de colonisation de l'atmosphère" - Lumumba Stanislaus Di-Aping, porte-parole du G77, coalition de 132 pays en développement représentant 80% de la population mondiale (sur un total de 193 pays réunis à Copenhague)  - Lire
 

k.jpg "C'est équivalent à du colonialisme carbonique"
- Amira Karim, Singapour (ONG "Youth") - Lire


null" (...) La fourniture de capitaux par les pays développés aux pays en voie de développement n'est pas une oeuvre charitable ni une charité faite par les riches, mais une obligation juridique (...)" - Yu Qingtai, représentant spécial du ministère chinois des Affaires étrangères aux négociations de l'ONU sur le climat - Lire

"Etant donné que les pays développés n'ont rien fait d'autre que des discours, ils n'ont aucun droit de faire des demandes additionnelles" - Xi Zhenhua, ministre chinois de la protection environnementale 
 
null"Imaginons que nous sommes assis pour le dîner, nous avons fini le repas principal et le dessert arrive. Un pauvre entre, s'assoit, prend un dessert. Et tout le monde se retourne vers lui et lui dit : Occupez-vous de régler l'addition." -
He Yafeivice-ministre chinois des Affaires étrangères
- Lire

 "Les 10 milliards de dollars proposés par les occidentaux, c'est moins de deux dollars par personne. Ce n'est pas assez pour acheter une tasse de thé dans la capitale danoise, et encore moins pour acheter un cercueil dans un pays pauvre”
-
Su Wei, négociateur en chef pour les questions climatiques, Chine

null"Ces chiffres pour le court terme sont bienvenus, mais ils sont largement insuffisants: pas d'argent, pas d'accord !" - Sergio Serra, négociateur du Brésil

Liberté Durable

PB

Lire le DOSSIER

des Hommes
 

Monde qui change

 http://sites.google.com/site/objectifterre/home/v.jpg
Les éco-technologies permettant à tous de vivre de manière autonome (liberté alimentaire et énergétique) et dans la dignité sont disponibles ici et maintenant - Lire

null 
Les éoliennes citoyennes :
Coopérative Emissions Zero

-
Lire l'article

null
Hawaï, USA, Cyanotech - Vue aérienne de bassins de cultures de microalgues à vocation alimentaire (Spirulina sp.)

Link 
Nourrir 700 milliards d'êtres humains ? - Lire
Link Sciences et Politique - Echange avec Valérie Masson-Delmotte, directeur de recherche paléoclimats au LSCE - Lire
Link CLIMAT - Entre négation et exagération, il y a la voie de l'éco-intelligence - Lire
Link Ces gloutonnes de plantes, elles en veulent toujours plus ! - Lire
Link "Je suis écolo et... je prends des bains ! Pire, j'y prends plaisir" - Par Isabelle Delannoy - Lire
Link 
Nucléaire - La pénurie d'uranium approche à grands pas (MIT) - Lire
Link Un plan pour produire 100% de l'énergie mondiale avec les énergies renouvelables - Lire
Link Dossier Voiture électrique - Lire
Link ARGENTINE - "Avant le fourmilier ou les cerfs, nous défendons les gens" - Lire
null

Citations

"Il y a des gens qui seraient contents que la fin du monde arrive, uniquement parcequ'ils l'avaient pronostiquée"
- Friedrich Hebbel,
poète et dramaturge allemand

null

"Oser, c'est perdre pied momentanément.
Ne pas oser, c'est se perdre soi-même"
- Søren Kierkegaard,
philosophe danois

nullToute vérité passe
par trois étapes :
1 - Elle est ridicule
2 - Elle subit une opposition violente
3 - Elle est considérée comme évidente
- Arthur Schopenhauer,
philosophe allemand

- Hier, les éoliennes, les panneaux solaires, les voitures électriques et les fermes à microalgues étaient considérés comme ridicules par des personnes sans vision

- Aujourd'hui, ces éco-technologies subissent une opposition violente ou sournoise de la part des mêmes personnes

- Demain, elles seront partout et considérées comme évidentes
 

- C.G.U. - - - Articles les plus commentés